Archives de la catégorie ‘Livres’


Ce soir, j’ai eu envie de parler d’un poète que j’aime beaucoup.Demain, ce sera un autre post pour annoncer une bonne nouvelle !

En attendant, c’est par ici que ça se passe (en dessous de l’introduction de la page) :

Itinéraire d’un piéton lyrique

* * * * *

Publicités

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler aujourd’hui de poésie. Non pas la mienne (ce serait un peu déplacé ici, mais… vous pouvez toujours aller jeter un coup d’œil à ma page poésie.. hé hé), mais celle d’une artiste dont j’admire l’éclectisme, et dont les poèmes me font voyager.

An Pra

Elle s’appelle An Pra, pseudonyme qu’elle a piqué à l’oiseau Pipit farlouse, ou Anthus Pratensis pour les ornithologues. Non seulement elle est bardée de diplômes, mais elle touche à plusieurs arts, dont la photo, le dessin, les masques. Nous allons parler ici de sa poésie.

Tout d’abord, ses poèmes sont d’une musicalité extrême. Puis les mots : modernes, mais choisis et incroyablement articulés, imbriqués les uns dans les autres. Ce qu’il en ressort : des frissons, quelques notes douces en fond, une joie de vivre certaine même si cachée, une foi en la vie, communicative. Ne me demandez pas comment j’ai vu tout cela, c’est ce que je ressens. Maintenant, comme je n’ai pas les mots justes pour décrire cette magnifique poésie, je vais vous en mettre deux extraits.

Extraits :

Le ramage du silence
Naïf, tu crois que le silence se tait ?
Oh que non, le silence est bavard
Sans voix, il dira tout ce qu’il sait
Ces choses que tu ne veux pas voir
Ces souvenirs en cale au fond de toi
Lèvres closes, il les libèrera d’un doigt
Tes secrets oubliés dans quelques trous à rat

Fichu
Comme un fichu foutu déchiré en lambeaux
Bannie d’un paradis d’avant où c’était beau
Tu m’as chassée en ne me laissant sur le dos
Qu’un ramassis maudit de tristes oripeaux

Le site de l’artiste : An Pra

* * * * *


Ce soir, pour mes lectures coup de cœur, j’ai choisi la poésie et je parle d’An Pra.an pra
C’est ici que ça se passe :

Mes lecture coup de cœur

* * * * *


Voilà, ma petite histoire illustrée est maintenant sur Amazon.fr (en numérique) et j’espère qu’elle enchantera de nombreux lecteurs ! Je proposerai également par la suite le livre au format papier.

Lien sur Amazon : Monsieur Champignon et Mademoiselle Abeille

Couv-Mr-champignon

Ce conte met en scène un champignon et une abeille, vous l’aurez deviné, qui vont vivre une belle aventure. Pas de violence, pas de souffrance, mais ce n’est pas non plus une histoire creuse et bêtifiante. Elle parle d’amitié et, au passage, est  éducative.

Elle devrait convenir aux petits entre 4 et 7-8 ans je dirais, des enfants habitués à un vocabulaire du niveau de celui des contes d’Andersen par exemple. Je n’ai pas voulu trop le simplifier afin de garder une certaine musicalité (ce n’est pas non plus du Proust, hein), mais j’encourage les enfants à demander à leurs parents de leur expliquer les mots qu’ils ne comprennent pas. Donc, parents, vous êtes prévenus, il ne faudra pas vous débiner à ce moment là ! 🙂

Je l’ai fait lire à un ado qui, voulant rester discret (raté !), se demandait à l’avance comment il allait pouvoir me dire avec douceur que c’était gnangnan, et il a été très surpris d’apprécier, il a même beaucoup aimé ! Donc voilà, c’est dit, il ne reste plus qu’à le tester avec vos enfants.

Couv-Mr-champignon

En vente sur Amazon

N’oubliez pas, un commentaire sur Amazon (privilégiez amazon.fr) fait toujours plaisir et surtout rend le livre visible pour d’autres. En tant qu’auto-éditeur, je n’ai pas d’éditeur ultra connu en arrière-plan pour faire ma promo, les commentaires sont donc bienvenus. 😉

Bon, si vous avez détesté, vous pouvez vous abstenir d’en mettre un, pas de problème.

 * * * * *


Demain soir je mets enfin en ligne un livre qui prenait la poussière (électronique) dans mes tiroirs (informatiques), attendant que je le mette en pages.

Eh bien c’est fait, et je suis très contente de pouvoir publier cette histoire illustrée, qui me tient plutôt à cœur d’autant que c’est la première fois que je gratte la plume pour des nenfants.

J’avais écrit ce livre il y a longtemps et un jour, une amie (Reiko Sakaku, prononcez Leiko) m’a demandé si elle pouvait me l’ « emprunter » pour l’illustrer et le présenter à son stage de fin d’année. Ça a donné lieu à une collaboration très sympathique.

Monsieur Champignon et Mademoiselle Abeille sort donc demain dans les kiosques numériques d’Amazon, et je verrai pour le mettre sur d’autres plateformes par la suite. Je vous en dirai un peu plus sur sa teneur au moment du lancement, c’est-à-dire dans J- le nombre d’heures qu’il faudra à Amazon pour le publier.

En attendant, voici l’image de couverture :

Couv-Mr-champignon

A demain !

* * * * *


J’ai dû lire 10 ou 12 livres depuis août 2015 et pas un qui m’ait transportée véritablement. Il est vrai que je suis allée piocher dans la littérature facile, le polar, mais du siècle dernier, et même du siècle d’avant. Quelques livres gentillets d’Emile Gaboriau (dont le fameux Le Dossier 113), de Gaston Leroux (vous savez, celui du Mystère de la chambre jaune) et du Wilkie Collins, entre autres. J’ai essayé ensuite de m’attaquer à du dur, de la vraie prise de tête, avec Ainsi parlait Zarathoustra, de Nietzsche (je voulais voir si un poème que j’ai écrit avec ce titre avait un quelconque rapport avec l’œuvre), Les Cahiers de Malte Laurids Brigge, de Rainer Maria Rilke (je sens qu’il y en a qui vont crier à la profane), ou encore De l’origine des espèces, de Charles Darwin, mais là je n’ai pas pu aller jusqu’au bout, je m’ennuyais ferme (encore d’autres qui vont crier). Mon cœur a davantage vibré avec les classiques (Hamlet, Henri III et sa Cour, Electre, Le cimetière des cachalots… euh… ben oui, celui-là aussi), mais bon, je les avais déjà lus plus d’une fois, donc ce n’est pas du jeu. Dans les actuels, j’ai lu surtout des extraits… bof. Je ne vous donnerai pas les noms parce que je préfère parler de ceux que j’aime.

Il y en a un dont je veux néanmoins absolument parler, c’est de :

Crime et châtiment

de Dostoïevski.

Quel chef d’œuvre ! Je ne l’avais pas relu depuis mes vingt ans je crois, et avec la maturité (et la maturation, sans compter la macération), il m’a fait un effet encore plus violent que la première fois. Quelle description du remords ! Avec quelle justesse l’auteur a su rendre tous les sentiments, émotions, mensonges et négations du meurtrier. On vit, on palpite avec ce héros, il a beau avoir tué, il est attachant. On souffre pour lui, cherchant avec lui un moyen pour qu’il soit libéré de sa culpabilité, qui le ronge. Bref, c’est un livre sur l’homme face à sa conscience, et rien n’a été épargné.

Crime-et-chatiment
* * * * *


Ce soir, un nouvel article sur les derniers livres que j’ai lus : quelques auteurs, et une critique de Crime et Châtiment, de Dostoïevski. Toujours un chef d’œuvre.

C’est ici pour lire l’article :   Crime et Châtiment

* * * * *