Articles Tagués ‘poésie’


Amazon.fr organise un week-end à petits prix, je me suis dit : pourquoi ne pas entrer dans la danse ?

Mon livre « Je passe aux aveux ! Clins d’œil, ivresses et quiproquos » est donc en vente à 0,99€ tout le week-end (la version ebook).

Je passe aux aveux ! est un recueil de ces événements de la vie qui pourraient passer inaperçus, s’ils n’étaient observés sous un œil amusé ou enchanté. De belles histoires, des anecdotes à pouffer de rire, des quiproquos, des événements incroyables, tout ce qui pimente la vie et qui mis bout à bout ressemble fort au bonheur.

Pour l’acheter (version ebook ou papier) :


Ça y est, cela faisait longtemps que je l’avais sous le coude, il me fallait le terminer, l’étoffer, l’affiner, le chouchouter, le relire, le re-relire, le re-re-relire, enfin le voilà : Je passe aux aveux ! est imprimé et en vente !

Je suis très fière de ce livre. Il est très intime. Je l’ai écrit sans dictat, mêlant et démêlant les mots, bousculant les formules et la normalité au hasard de mon inspiration, pour composer une sélection de mets savoureux et piquants. La musicalité était reine, je lui ai laissé carte blanche.

Je passe aux aveux ! est un patchwork de ces événements de la vie qui pourraient passer inaperçus, s’ils n’étaient observés sous un œil amusé ou enchanté. De belles histoires, des anecdotes à pouffer de rire, des quiproquos, des événements incroyables, tout ce qui pimente la vie et qui mis bout à bout ressemble fort au bonheur.

Pour l’acheter (sur Amazon, version ebook ou papier) :


Ce soir, j’ai eu envie de parler d’un poète que j’aime beaucoup.Demain, ce sera un autre post pour annoncer une bonne nouvelle !

En attendant, c’est par ici que ça se passe (en dessous de l’introduction de la page) :

Itinéraire d’un piéton lyrique

* * * * *


Ce soir, pour mes lectures coup de cœur, j’ai choisi la poésie et je parle d’An Pra.an pra
C’est ici que ça se passe :

Mes lecture coup de cœur

* * * * *


Hé oui, mon voleur d’écrits persiste et signe (voir mon article Le fiel débridé), et cette fois-ci il inclut mon poème « Promis, je ne le répèterai pas ! » (sans bien sûr me nommer) dans un de ses blogs.

J’ai été gentille la dernière fois en ne voulant pas le citer, mais là, je vais l’afficher. Voilà, c’est lui, Jomico comme il se nomme, habitant Marseille.

Jamico - blogourt - profil

 

 

 

 

 

Et là, la page incriminée (le début) :

Jamico - blogourt fr - Promis 1

 

 

 

 

 

 

Le plus fort, c’est qu’il se décrit en disant ce qu’il déteste : le mensonge ! On croit rêver.

Son blog, c’est blogourt/73097. J’ai bien sûr dénoncé la violation du droit d’auteur au webmaster du site mais pour l’instant, pas de réponse.

Auteurs, faites attention, il y a peut-être un de vos poèmes qui traîne chez lui et dont il s’attribue la paternité.

Il ne faut pas m’énerver.

* * * * *


Samedi 24 et dimanche 25 août 2013,
deux de mes livres en promo gratuite d’un seul coup !

Oui, j’ai fait fort.

Ce sont le Manuel de Survie à l’… (je vous passe le titre en entier) et – je me suis dit que j’allais oser – mon recueil de poèmes La Faille sans Cri.

Ici :  Manuel de Survie

Manuel-de-survie-web

et là : La Faille sans Cri

 

 

 

Alors ne vous attendez pas à de la poésie pour adulte qui lèche son fond de verre de bière dans une ruelle cradingue. Non, c’est de la poésie de pur adolescent. De l’adolescent bien violent, bien révolté, plein de souffrance et cherchant son air hors de l’eau. Mais pas boutonneux.

Je suis assez attachée à ce recueil car j’ai cherché à donner à chaque poème un deuxième sens, voire plus, ainsi que de la musicalité. Ils se lisent à différents niveaux, parfois intriqués. Certains mots sont des condensés de matière, d’autres de lumière, d’énergie. Bref, j’ai cherché à en dire le plus avec le moins de mots possible. J’espère que je vous ferai voyager.

Le Manuel de Survie, c’est un tout autre style, plutôt satirique (pas satyrique, hein) mais plein d’humour. Les employés devraient s’y retrouver. Et certains patrons aussi. Les plus cools.

Je vais bientôt sortir un autre ebook, une histoire pour enfants parée des illustrations adorables d’une amie japonaise, Leïko. A la rentrée, sans faute. Suivra un recueil de nouvelles d’horreur.

A bientôt !

* * * * *


 

Il y a trois jours, mon fils arrive surexcité et me dit : « Maman, tu as vu ? Quelqu’un t’a piqué Promis, je ne le répèterai pas ! »

Pour ceux qui m’auraient lu avec de grands yeux et en ayant laissé échapper un « Heeinnn… ! » plein de bulles mais tout à fait légitime, Promis, je ne le répèterai pas ! est un poème que j’ai écrit il y a bien longtemps et qui fait partie de mon recueil La faille sans Cri.

Troublée, donc, par l’intervention de mon rejeton, je vais sur Google et je tape le fameux titre en question. Je vois effectivement un site qui semble reprendre mon poème. Pas de panique, me dis-je, la personne l’a certainement copié en me citant.

Je vais donc sur le site en question et je remarque que c’est un forum. Et je vois là un type, THE guy, qui effectivement a copié mon poème – arrivé en finale d’un concours international quand même – … et qui s’en est attribué la paternité !

Et sous mon texte je lis des commentaires du style « Ouah, super bien trouvé, mec, ce sont des mots comme ça que j’aimerais écrire » ou « Vraiment fort » ou encore « le fiel débridé, c’est exactement la formule que je cherchais pour ce que je ressens », etc.

Et le type, pas rongé par le remords pour deux sous, qui répond « Oui, je sais, ça m’est venu comme ça », « C’est pour vous » et blabla. Généreux, quoi.

Hé bêh… ! comme dirait ma grand-mère.

Au moins, me dis-je, les commentaires sont flatteurs et ça fait toujours plaisir. Bon, c’est pas tout ça, faut remettre un peu d’éthique chez THE guy.

Je recherche son identité et je vois, ô surprise et premier comble, qu’il est le modérateur du site. Ça commence bien.

En regardant en bas du site pour trouver à qui il appartient (le site, hein, pas THE guy), histoire d’aller lui rappeler que moi, je ne rentre pas chez lui pour lui dire « Ta maison m’appartient », je tombe sur cette mention (deuxième comble, et pas des moindres) : AVERTISSEMENT : Tout texte publié sur ce site est la propriété de son auteur.

Ubuesque.

J’ai écrit gentiment au modérateur qui s’était démodéré sur mon poème de bien vouloir ajouter mon nom en bas dudit poème et de préciser qu’il n’en était pas l’auteur. Il a préféré retirer la page, peut-être pour ne pas avoir la honte devant les copains. J’ai récupéré en tous cas les coordonnées du propriétaire du site et je m’en vas le surveiller du coin de l’œil…

Cela ne me dérange pas de voir un petit extrait ou un poème de mes compos dériver sur la vague du Net, mais mais mais ! avec mon nom en signature siouplait, question de respect, et de pub.  🙂

En tous cas, j’aurais bien aimé avoir un petit message poli de l’immodéré s’excusant de cette attribution de paternité si peu cavalière.

Allez, je lui pardonne, cela m’a permis d’écrire ce billet avec jubilation et autres néologismes qui me sont chers.

Pour les curieux, mon poème peut se lire  » ici « 

La faille sans cri

 

  Si vous souhaitez l’acheter, c’est  » par là  »

 

* * * * *