Articles Tagués ‘réseaux sociaux’


Une brève, comme ça sur le tard, mais seulement parce que j’ai mal à la tête.

J’ai appris il y a peu (ben oui, je ne suis pas née avec) que tweeter voulait dire haut-parleur en anglais, et twitter,  gazouiller, blablater.

Alors là c’est super bien trouvé. Parce que finalement, sur Twitter, on blablate haut et fort ce qu’avant on ne disait que chez soi sous sa douche (on-ne-disait-que-chez-soi-sous-sa-douche, très bon pour la diction), à son chat ou à sa concierge (ou à son chauffeur, tout dépend de sa condition sociale). Et encore, on ne faisait que le marmonner. Avec Twitter, on peut le dire, ce sera amplifié (haut-parleur, amplifié…).

De là, l’expression : « Tu vas arrêter de tweeter comme ça ? Je ne suis pas sourd ! »

Ainsi, comme nous le voyons depuis le début de ce millénaire, le pouvoir devient latéral et la pyramide s’effrite, ou la pire a mis des frites.

Bon, il est temps d’aller me coucher.

* * * * *

Publicités

Hier j’avais dégainé la zapette et je tirais sur la télé, tel un cow-boy agile visant des cibles de vaches en carton, quand je tombai sur la série La petite maison dans la prairie : un ado fuyait la salle de classe, fou de douleur et de honte parce qu’il n’avait pas su épeler le mot « pachyderme ».

Je me suis demandée ce que ça donnerait aujourd’hui :

L’instit. : « Epelle-moi le mot pachyderme. »

L’ado : « Oh lààà, faut rester polie hein, j’le connais pas c’gros mot. Hé, M’dame, le verlan, ça existe plus depuis longtemps. Tu le textotes comment ? Faut qu’j’le tweet à tous mes potes, j’suis sûr que j’fais l’buzz avec ça. »

Tableau noir, dictée et langage sms

* * * * *


Réseaux sociaux : autrefois, le problème des renseignements généraux était d’arriver à ficher tout le monde. Aujourd’hui, le principal souci du service de renseignements est d’avoir suffisamment d’espace pour pouvoir stocker toutes les données.

* * * * *